Quels sont les différents types de recyclage organique ?

Entassés dans les poubelles et les bacs à ordures, les déchets organiques entraînent de nombreux désagréments. Ils polluent l’air et entraînent de nombreuses maladies. Cependant, ils ne sont pas toujours néfastes. Recyclés, ils peuvent aider les ménages et les entreprises. Le point sur leurs procédés de recyclage.

Le compostage

Les déchets organiques peuvent servir à produire du compost, idéal pour assurer la fertilité du sol du jardin. Pour les transformer, il faut les broyer, puis les combiner avec des copeaux. Ensuite, il faut les mettre dans un bac dépourvu de fond enfoui dans le sol ou les laisser en surface et à l’air libre. Le mélange est laissé à découvert durant 6 mois (au minimum) et 10 mois (au maximum). Le but est de bien l’aérer. Grâce à une bonne aération et à l’action des vers, des champignons, des insectes et des bactéries, ce procédé de recyclage organique permet d’obtenir un engrais naturel. À la fin du processus, le compost prend une coloration brune et un aspect homogène.

Afin d’obtenir rapidement des résultats, le mieux est de le retourner régulièrement. Ainsi, l’air pénètre dans le compost et les mauvaises odeurs se volatilisent. Il est également recommandé de l’arroser chaque fois qu’il se dessèche pour garder les micro-organismes en vie.

Le paillage

Ce procédé désigne l’utilisation des herbes, des branches, des feuilles mortes, et de tous les déchets de jardinage pour assurer la qualité du sol et limiter l’apparition des mauvaises herbes. Il comprend plusieurs étapes, dont la première est le nettoyage du sol. La seconde est le broyage des déchets à l’aide d’un broyeur électrique. La troisième est l’étalage du produit obtenu sur le sol juste au pied des plantes (couche de 10 cm).

Placé au pied des plantes, le paillis retient l’humidité et limite les effets des intempéries climatiques. Son utilisation permet de réduire considérablement la quantité d’eau nécessaire à l’arrosage. Il sert également de refuge aux micro-organismes indispensables à la fertilisation du sol. Enfin, cette méthode de recyclage organique empêche la boue de salir les légumes, les fraises et les melons. Il leur sert également de support, à la fois doux et moelleux.

La méthanisation

Si le compostage et le paillage sont des procédés qui s’adressent aux particuliers, la méthanisation est pour les professionnels. Selon la législation en vigueur à partir du 1er janvier 2016, les entreprises qui produisent annuellement des déchets organiques dépassant les 10 tonnes sont obligées de les recycler. Les restaurants, les cantines, et les grandes surfaces sont les premiers concernés par ce texte réglementaire.

La méthanisation désigne le recyclage organique visant à produire du biogaz, du méthane en particulier, qui est indispensable pour les véhicules. Les déchets sont traités à l’aide d’un digesteur où ils sont fermentés pendant un mois.

L’agroécologie, terreau fertile pour une alimentation durable
L’agriculture de conservation peut-elle se passer du glyphosate ?