Comment faire de l’agriculture biologique ?

L’agriculture biologique se définit généralement par un système de production agricole et de gestion qui allie le niveau de biodiversité aux pratiques environnementales préservant les ressources naturelles. Également, elle intègre les normes rigoureuses en faveur du bien-être animal. De plus, elle répond aussi à la demande croissante des produits naturels par des consommateurs. Découvrez comment faire de l’agriculture biologique.

Le cahier des charges !

Afin d’obtenir et de conserver une certification en agriculture biologique, il faut que l’opérateur applique le cahier des charges strict, qui est adapté aux différents types de production et qui respecte plusieurs principes comme le recyclage de déchets et rejets organiques, la rotation des cultures pour une régénération des sols, l’élevage extensif avec une alimentation bio, donner la priorité à la médecine douce et aussi à la prévention, le bien-être animal, le respect de l’environnement, la préservation des ressources naturelles, l’entretien et le développement de la biodiversité comme la culture et l’élevage d’espèces variées, le maintien ou la plantation des haies. Une période transitoire est imposée par une conversion de l’exploitation conventionnelle en agriculture biologique qui est certifiée.

Les avantages et les inconvénients de l’agriculture biologique pour des consommateurs !

L’agriculture bio comporte de nombreux avantages pour les consommateurs. Grâce au cahier de charges particulières, l’agriculture biologique oblige, tout d’abord, les producteurs à respecter quelques critères qualités spécifiques. Elle est, d’une manière générale, plus extensive par rapport à l’agriculture conventionnelle : les animaux des élevages en agriculture bio bénéficient, par exemple, des surfaces plus importantes. Par contre, ses rendements sont généralement inférieurs à ceux de l’agriculture conventionnelle. Cela entraîne des coûts d’exploitation plus élevés. Les prix de vente à un consommateur de l’agriculture biologique sont souvent supérieurs à ceux de l’agriculture traditionnelle. Ainsi, cela pose certains problèmes, surtout aux consommateurs pauvres. Une différence de prix n’est forcément pas très importante sur quelques produits, surtout ceux qui peuvent facilement se cultiver sans pesticides. Pourtant, en agriculture bio, certains produits, surtout les produits laitiers et la viande, sont sensiblement plus chers. Ils nécessitent, en effet, un travail plus important pour respecter ledit cahier des charges bio.

L’agriculture biologique, la composition naturelle et les résidus de pesticide !

Plusieurs études ont aussi tenté d’évaluer des différences nutritionnelles entre le produit issu de l’agriculture conventionnelle et celui issu de l’agriculture biologique. Ces études ont d’ailleurs révélé des résultats contrastés. Ces études ont relevé la présence accrue de quelques nutriments dans les produits qui sont issus de l’agriculture biologique, surtout les produits laitiers, les composés anti-oxydants ou encore la viande. De plus, certaines méta-analyses considèrent aussi ces différences significatives lorsque d’autres estiment que celles-ci auraient de l’importance nutritionnelle marginale. Également, certaines ont identifié un contenu qui est plus élevé en anti-oxydants ou en composés phénoliques. Elles identifient cependant les différences comme modestes. Il y a, d’une manière générale, des indices concordants laissant penser qu’une composition nutritionnelle d’aliments issus d’agriculture biologique peut être plus complète qu’une composition d’aliments issus d’agriculture conventionnelle, sans que la différence soit importante. D’autre part, les études ont démontrés que les produits qui sont issus d’agriculture biologique comportent moins de résidus des pesticides ou des produits potentiellement nocifs par rapport aux produits qui sont issus d’agriculture conventionnelle. En particulier, le cadmium fait également partie des composés qu’on peut retrouver dans les produits bio en moins grande quantité. Bien que lesdits résidus de pesticides qui sont trouvés dans une agriculture conventionnelle soient très bas ou bien en dessous des limites sanitaires en vigueur, dans ce cas, certains consommateurs s’inquiètent du potentiel effet-cocktail assez évalué par des autorités scientifiques et sanitaires. Ainsi, la consommation des aliments issus de l’agriculture biologique permet d’appliquer un principe de précaution.

Quels sont les différents types d’agriculture ?
Les points positifs de l’agriculture biologique